Logiciel DESIGNER PLUS V7 Bernina en test

La dernière version du logiciel BERNINA est passée entre les mains expertes de la blogueuse Chasrivari. Voici ses tests et son avis :

Son blog

Sa page Facebook

————————————————————————–

Pour les plus pressées qui n’auraient pas le courage de lire le billet jusqu’au bout, voici un petit résumé de mes impressions, avec pour chacun des critères suivants une appréciation (insatisfaisant, satisfaisant, bien, très bien, excellent) :

– Facilité d’utilisation……………………………………… SATISFAISANT

– Motifs /points inclus………………………………………….EXCELLENT

– Qualité des motifs crées……………………………………  EXCELLENT

– Techniques de broderies proposées………………………… TRÈS BIEN

– Performance des réglages………………………………….. EXCELLENT

Ma note : 9/10

Designer Plus

 ——————————————————————————————————————-

C’est un logiciel très performant et très puissant, surtout pour cette catégorie de logiciels qui s’adressent essentiellement à un usage domestique ou semi-pro (j’appelle semi-pro un usage du logiciel qui n’est pas exclusivement réservé à des numérisations de logos intensives). J’ai été véritablement séduite par l’immense choix de motifs que l’on pouvait créer et surtout par les possibilités que propose le logiciel d’apporter de la personnalité et de la sophistication aux motifs même les plus simples. Ce n’est par contre probablement pas le logiciel le plus simple à prendre en main, compte tenu du large choix d’outils qu’il propose et surtout compte tenu du fait que son manuel d’instructions est en anglais. C’est pourquoi il est à mon avis destiné à des personnes déjà aguerries en matière de numérisation, qui ont déjà une certaine expérience des logiciels de broderie, et qui pourront l’utiliser soit pour un usage professionnel (il comporte de nombreux outils intéressants à ce sujet), soit pour satisfaire leur créativité au quotidien. Pour les personnes qui débutent ou qui souhaitent en profiter pleinement, un accompagnement est à mon avis nécessaire. Mais c’est en tout cas un logiciel que j’ai trouvé très séduisant, pointu, performant, subtil et qui m’a donné de nombreuses idées concernant les créations de motifs.Pour celles qui souhaitent en savoir maintenant un peu plus, c’est parti!

Tout d’abord, un petit topo rapide de présentation du logiciel. Celui que j’ai testé est la version 7 du DesignerPlus. Il s’agit d’un logiciel de broderie complet dans la mesure où il permet non seulement d’exploiter des motifs existants (trouvés gratuitement ou achetés sur internet, inclus dans le logiciel ou dans votre machine à broder…), mais également de créer vos propres motifs ou logos à l’aide d’outils très pointus. Il est d’ailleurs comparable en termes de prix et de compétences au PE Design v10 de Brother, au Digitizer MBX 4.5 de Janome, à Drawings… On est donc dans le haut de gamme du logiciel domestique. Comme pour les autres logiciels, lorsqu’une nouvelle version sort, on peut acheter uniquement la mise à jour sans avoir à acheter de nouveau le logiciel complet.

Il faut savoir que le DesignerPlus a été développé par Wilcom, qui est l’un des principaux développeurs de logiciels de broderie professionnels (ceux qui coûtent plusieurs milliers d’euros). C’est l’une des raisons pour lesquelles j’avais hâte de tester ce logiciel car je savais que j’allais y trouver des fonctionnalités et des outils pointus également disponibles dans les logiciels pro.

Installation du logiciel

Le logiciel est présenté dans une boîte qui contient le CD-Rom d’installation, la clé USB (nécessaire pour pouvoir utiliser le logiciel), ainsi qu’un petit guide d’installation et d’aide au démarrage en plusieurs langues, dont le français. Le manuel utilisateur est quant à lui consultable uniquement sur ordinateur, via le logiciel.

Le logiciel peut être installé sur PC mais également sur Mac à condition d’avoir des interfaces telles que Boot Camp ou Parallels.

Je l’ai installé sur 2 ordinateurs (car il est parti en vacances avec moi!) sans problème. Le logiciel est fourni avec une application graphique, Corel Draw essentials X6. Corel Draw est une marque réputée de logiciels de conception graphique et même si l’application fournie n’est pas l’application la plus complète et performante proposée par Corel Draw, la présence d’un de leurs logiciels dans le DesignerPlus est bien évidemment un avantage.

Prise en main

N’ayant utilisé quasiment que le PE Design pendant des années, il m’a fallu faire un gros effort d’abstraction pour pouvoir prendre en main rapidement le logiciel, tout en capitalisant quand même sur mes connaissances en matière de numérisation. J’ai donc dû pendant plusieurs jours essayer de me débarrasser de mes « réflexes » liés au PE Design (le clic droit par exemple ne produit pas du tout les mêmes effets entre les 2 logiciels) tout en découvrant la multitude de fonctionnalités présentes dans le Designer Plus, avant de me lancer véritablement dans la numérisation de motifs. Mais une fois ces quelques jours d’adaptation passés, tout a été très vite.

          Ouverture

Quand on ouvre le logiciel, on constate que le design et les couleurs sont relativement « agréables » à regarder. On retrouve beaucoup d’outils et de fonctionnalités en accès direct, et moi j’aime bien avoir tout sous la main, à disposition. Un seul petit regret à ce stade : la zone de création est dans la même couleur que le reste du fond de l’écran. Quand on supprime le quadrillage et le cadre, du coup, on ne la voit plus.

Quand on passe la souris devant un outil ou un bouton, une petite infobulle donne quelques informations sur le fonctionnement. En appuyant sur F1, on se retrouve même directement dans le manuel utilisateur, à la page où on explique comment se servir de l’outil en question. Ca, c’est plutôt pratique. Ce qui l’est moins, c’est que même si le logiciel est en français, le manuel d’utilisation est en anglais et c’est fort dommage car je le trouve très convivial et très clair et il aurait été parfait en français.

L’organisation du logiciel

On peut travailler sur 3 interfaces au choix et naviguer de l’une à l’autre très facilement

  • L’interface principale, celle que l’on voit quand on ouvre le logiciel et qui permet de travailler sur les motifs, c’est bien évidemment celle sur laquelle on passe le plus clair de son temps,
  • L’interface Corel Draw, pour créer des images vectorielles, retoucher et convertir des fichiers images « classiques » (jpeg, gif, bmp…) en images vectorielles, ces images vectorielles pouvant être converties en un clic en motif de broderie,
  • L’interface « cadre de broderie », qui permet entre autres de gérer notamment les repositionnements multiples en cas de très grands motifs.

Le logiciel comprend également 3 autres petites applications, l’une qui permet de créer des motifs de point de croix, l’autre de créer des motifs de patchwork, et la 3è qui permet de visionner sa bibliothèque de motifs (comme le Design Database dans le PE Design).

Les fonctionnalités

C’est là que ça devient intéressant!

Comme tout logiciel de broderie, le DesignerPlus permet d’éditer des motifs et de gérer leur disposition. On peut ainsi bien sûr créer des combinaisons de motifs, gérer de façon précise les alignements de plusieurs motifs les uns par rapport aux autres, utiliser des outils de copie de motifs avec mise en forme automatique (copies avec effet miroir, copies en cercle…), …

  • Edition/travail sur des motifs existants :

L’un des gros points forts du logiciel est que l’on peut ouvrir directement des fichiers de broderie qui ne sont pas dans le format natif du logiciel (donc .art) sans avoir à faire de conversion particulière au préalable. Le DesignerPlus permet d’ouvrir et d’enregistrer des motifs directement dans les formats de broderie les plus courants (.art, .pes, .hus, .vp3, .vip, .sew, .xxx, .dst, .exp entre autres). Le seul format qui n’est pas reconnu par le logiciel est le .jef.

Lorsque l’on veut travailler sur un motif non crée avec le DesignerPlus, le logiciel peut analyser ce motif afin d’identifier les types de points utilisés, les réglages associés (densité, sous-couches)… Il est donc très facile de modifier la forme d’un motif existant ou les points utilisés. Mais attention, bien sûr, il y a des limites sur ce que l’on peut faire sur des motifs existants, mes stagiaires le savent bien, surtout en ce qui concerne leur redimensionnement et le Designer Plus n’échappe pas à la règle.

Il faut savoir que le DesignerPlus est également fourni avec une bibliothèque de motifs intégrés (près de 600, à la louche).

  • Création de motifs :

Alors là, pour ce qui est de la création de motifs, on a le choix!

Pour celles qui souhaitent transformer automatiquement une image en motif de broderie, le logiciel propose 2 outils : la numérisation automatique et la baguette magique. La numérisation automatique prend l’image telle qu’elle est et la convertit en broderie. La baguette magique est quant à elle très intéressante sur des images en noir et blanc de type coloriages car elle permet d’attribuer des points de remplissage à des zones non colorées.

Par exemple, voici ce que l’on peut obtenir très rapidement et très facilement comme résultat à partir d’une image toute simple faite uniquement de contours noirs et sans avoir besoin de la retoucher au préalable :

Coq

Je ne suis en général pas une grande fan de ces outils de numérisation automatique car je préfère numériser mes motifs « à la main » pour avoir un plus joli résultat mais je reconnais que cet outil de baguette magique est très attrayant et permet d’exploiter un plus grand choix d’images de façon très simple.

Il existe également un outil de transformation automatique d’une photo en point broderie mais il faut savoir que le résultat obtenu est une broderie monochrome et non composée de plusieurs couleurs, ce qui risque de ne pas répondre à toutes les attentes en matière de point photo.

Pour transformer une image en motif de broderie on peut également choisir de passer par l’interface Corel Draw. Comme je vous le disais rapidement, cette application permet entre autres de retoucher des images bitmap (jpeg, bmp, gif…) pour en améliorer la qualité et ensuite de les convertir en images vectorielles. Les connaisseuses savent que les images vectorielles sont d’une très haute qualité et donnent de très bons résultats lors de la transformation en motifs de broderie. Une fois que l’image d’origine est devenue image vectorielle, on peut à nouveau la retravailler si besoin puis la convertir en un clic en broderie.

C’est cette façon de faire que j’ai voulu tester pour une numérisation que je devais réaliser pour une cliente. L’image d’origine était en jpeg et comportait des dégradés de couleurs dans les lettres bleues que la cliente ne souhaitait pas retrouver dans la broderie. Je l’ai convertie en image vectorielle, je l’ai légèrement retouchée (notamment pour uniformiser les teintes de bleu), puis convertie en motif de broderie. J’ai ensuite dû retravailler et corriger certaines choses mais ces petites manipulations dans Corel Draw m’ont fait gagner un temps précieux.

Voici l’image d’origine, puis le résultat dans le logiciel :

Boost Mix

Bien sûr, on n’est pas obligé d’utiliser dans Corel Draw une image existante, on peut également créer ses propres images vectorielles et les transformer ensuite en broderie.

Pour celles qui ne sont pas fans de ces numérisations automatiques, il existe toute une palette permettant de réaliser ses propres tracés : objets ouverts, objets fermés soit en cliquant avec la souris, soit à main levée (pour les utilisateurs de tablette graphique par exemple), blocs de points, formes de base comme les ovales ou les rectangles… On peut même créer facilement des boutonnières!

J’ai trouvé ces outils assez simples à utiliser, même si les manipulations ne sont pas exactement les mêmes que dans le PE Design. J’ai trouvé que les formes obtenues, qu’elles soient ouvertes ou fermées, étaient très fluides et nettes, avec de belles courbes. Ce sont donc ces différents outils que j’ai utilisés le plus pour numériser les motifs qui vont suivre.

Par contre, mis à part les cercles ou les rectangles, le logiciel ne propose pas de formes simples à utiliser pour créer rapidement un motif (telles que des cœurs ou des étoiles). Il faut alors passer par Corel Draw pour créer ces formes puis les convertir en motif de broderie. La manipulation, une fois que l’on sait la faire, n’est en soi pas très compliquée, mais il est dommage de devoir passer par une autre interface pour créer des choses simples.

Concernant les types de points, le logiciel propose un vaste choix :

  • Pour les points de contours : piqué simple, triple point, point arrière, point de tige, bourdon, bourdon en relief, feston, broderie noire, candlewicking (chenille-mèche), points fantaisie
  • Pour les points de remplissage : passé empiétant, bourdon, bourdon en relief, remplissage fantaisie, remplissage fantaisie sculpté, remplissage ondulé, remplissage contour, broderie noire, candlewicking, dentelle, modèles de point, point de croix, vermicelle, tige vermicelle, point arrière vermicelle.

Bon, soyons clairs, je ne les ai pas tous testés. La palette est tellement vaste. Et dans les motifs fantaisie, que ce soit en contour ou remplissage, le choix est incroyable. Dans le manuel utilisateur, où sont présentés les différents types de points, il y a plusieurs dizaines de pages de points fantaisie, à la fois en contour et en remplissage. Et quand on sait que ces points peuvent être combinés avec des effets de texture ou d’ondulation ou même de dégradé, difficile de ne pas trouver son bonheur.

En voici un minuscule aperçu :

Point Remplissage

J’ai été assez bluffée par les résultats que l’on pouvait obtenir en s’amusant avec les différents types de points et les réglages. On obtient des motifs très réalistes et sophistiqués.

RibambelleJe ne suis d’ordinaire pas forcément impressionnée par les motifs ou les points fantaisie inclus, que ce soit dans les machines à broder ou les logiciels. Mais ce que j’ai apprécié ici, c’est que si jamais on ne trouve pas son bonheur, il est très simple de créer ses propres points :

Pour les fans d’appliqués, le logiciel propose 2 outils. On peut donc créer des appliqués simples à partir d’une forme complètement fermée, comme par exemple ceci :

HypocampeEscargot

Ou alors créer des appliqués à partir de zones qui ne sont pas complètement fermées, comme par exemple ce petit escargot, qui est constitué de plusieurs contours qui se chevauchent, et non pas d’un seul :

Ce 2ème outil est je trouve très intéressant car il permet d’obtenir des appliqués aux contours plus sophistiqués et il permet même de transformer un motif existant en appliqué, si le motif s’y prête bien sûr.

Les autres techniques de broderie telles que Richelieu, FSL, Mylar… sont bien évidemment possibles avec ce logiciel. Il n’y a pas spécialement d’outil particulier pour créer ces motifs mais en utilisant judicieusement les points disponibles, ça se passe très bien.

——————————————————————————————————————–

La version 7 du DesignerPlus se distingue des précédentes car elle propose 3 outils permettant de donner du relief à ses broderies. Comme vous savez que j’aime bien ce qui peut apporter un peu de 3D et d’intérêt aux broderies, vous imaginez bien que ces techniques m’ont interpellée!

  • Outil Punchwork : On pourrait le traduire par feutrage est une technique qui consiste à appliquer à l’aide d’une aiguille (sans fil) de la laine ou même de la feutrine sur un tissu. Les fibres de la laine se retrouvent ainsi entremêlées dans celles du tissu sans avoir besoin de coudre cette pièce. Les machines à broder Bernina permettent de réaliser ce type de technique car il existe des aiguilles spéciales pour ces machines. Le logiciel quant à lui permet lors de la création du motif punchwork de générer automatiquement les piqûres qui seront réalisées par ces aiguilles spéciales et qui permettront ainsi de fixer la laine dans le tissu. On peut ensuite ajouter si on souhaite une broderie. Malheureusement, s’agissant d’une technique que les machines Brother ne proposent pas, je n’ai pas pu la tester. Je vous propose cependant cette photo de broderie prise sur le site Bernina :

Moto

La partie grise du sol est réalisée en punchwork, ont été rajoutés les ronds et le motif du scooter en broderie machine traditionnelle.

  • Outil Stumpwork : cette technique consiste à ajouter des parties en relief à une broderie, comme par exemple des pétales de fleurs ou des ailes de papillon. Ces morceaux sont fixés au tissu soit par un point de broderie soit par un petit fil métallique. J’ai choisi cette 2è option pour aller jusqu’au bout de la démarche. On commence par numériser la broderie qui sera réalisée sur le tissu, puis on ajoute les différentes parties qui seront brodées séparément puis fixées sur le tissu. Le logiciel prévoit lors de la création de ces motifs de créer des points de fixation du fil de laiton qui viendra donner du renfort et de la tenue aux morceaux en relief.

LibellulePar exemple, pour le motif suivant, j’ai d’abord brodé le corps de la libellule, puis brodé séparément les petites ailes en intégrant ce fil métallique dans le contour des ailes. Je les ai ensuite fixées au corps de la libellule grâce au fil métallique qui dépassait, en le faisant passer au travers du tissu et en le nouant sur l’envers (Vous les voyez, les petites ailes en relief?)

Je dois avouer que j’ai quand même eu quelques difficultés avec ce motif. Tout d’abord, parce que le fil métallique que j’ai utilisé et qui était le seul que j’avais à la maison est à mon avis trop gros pour cette technique, il aurait fallu en prendre un plus fin et plus souple. Et puis surtout, parce que même en réglant la vitesse de broderie au minimum, la machine allait encore trop vite pour que je puisse bien positionner le fil tandis qu’elle piquait un point zigzag pour le maintenir sur le tissu. J’ai donc dû jongler entre le fil et le bouton marche/arrêt de ma machine ce qui n’a pas été très confortable, surtout sur une PR1000. Une fois encore, je pense qu’il est plus facile de réaliser ces motifs sur certaines machines Bernina qui proposent de régler la vitesse de broderie à l’aide d’une pédale (cela libère donc les mains qui peuvent ainsi être plus efficaces pour maintenir le fil). Mais c’est une technique que je trouve très intéressante et sur laquelle je vais certainement me pencher plus longuement pour optimiser la façon de procéder.

  • Outil Trapunto : le logiciel propose parmi les points de contours et de remplissage un point de bourdon en relief. Le relief est créé par la superposition de plusieurs couches de point bourdon. C’est un point qui convient très bien aux broderies à l’ancien style fait-main (comme celles que l’on retrouve sur les draps de nos grands-mères). Mais on peut aussi l’utiliser pour apporter un peu de relief et d’intérêt à ses broderies, comme ici avec ces petites fleurs brodées sur des serviettes :

Le logiciel permet également d’utiliser ce point pour créer des motifs « trapunto ». On commence par broder le motif en relief :

Fleur TrapuntoTrapunto Libellule

Puis on place un morceau de tissu par-dessus le motif et la machine vient piquer un point de contour autour des zones en relief pour recréer cet effet Trapunto (ou boutis)

Encore une technique que j’ai trouvée très intéressante (Plus simple à réaliser) et qui peut se décliner dans plein de styles différents.

Bien sûr, le DesignerPlus intègre un outil de texte. Le logiciel propose sauf erreur de ma part 81 polices, mais permet d’exploiter également les polices True Type et Open Type enregistrées sur l’ordinateur (avec une transposition de ces polices en broderie tout à fait correcte, ce qui n’est pas toujours le cas s’agissant de polices qui ne sont pas prévues à la base pour être brodées). Il est évidemment possible de déformer le texte, de l’incliner, … Je me suis inspirée des affiches à la mode en ce moment, consistant à écrire à la craie sur un tableau noir des citations, pour vous donner une petite idée de ce qu’il est possible de faire avec le texte dans le logiciel. L’une d’entre elles m’a paru très intéressante pour cet exercice :

Thankfu

J’ai également voulu tester l’application point de croix du logiciel, même si elle n’est pas spécialement mise en avant dans cette version. Même si je ne suis pas une grande fan de point de croix, c’est par cette technique que je suis entrée progressivement dans le monde de la broderie. J’ai donc dans mon atelier quelques livres sur le sujet comprenant des motifs qui me plaisaient et que je m’étais promis un jour d’essayer de numériser. J’ai donc profité de l’occasion d’avoir le DesignerPlus en test pour savoir si cette application me permettrait de numériser des grilles de point de croix en noir et blanc et pas toujours faciles à déchiffrer. Et bien la réponse est oui, c’est possible! Et ça marche même très bien, la preuve :

Buanderie

Il s’agit d’un motif tiré d’un petit livre Marie-Claire Idées sur le point de croix. J’ai suivi à la lettre le motif et ô miracle, il fait exactement la même dimension une fois brodé que ce qui était indiqué dans le livre. 50 mn de broderie tout de même mais c’est toujours plus rapide (numérisation comprise) que de devoir le faire à la main !

  • Les réglages :

Là, il faut que je vous parle de tous les réglages qu’il est possible de faire dans le logiciel. Je veux parler de toutes ces petites choses dont on ne se rend pas compte une fois la broderie terminée mais qui font que la broderie sera tout d’abord numérisée rapidement, puis exécutée de façon efficace et propre et qui feront dire aux gens « wouaou, elle est belle cette broderie! ».

Pour ce qui est des réglages de densité, d’assise (également appelée sous-couche, réduction d’étirement…), de compensation d’étirement…, on peut choisir de laisser le logiciel les gérer automatiquement en renseignant simplement le type de tissu sur lequel va être réalisée la broderie, mais on peut également intervenir sur ces réglages et les modifier si besoin.

Les réglages de l’assise sont particulièrement performants puisque l’on peut utiliser soit une seule assise (au choix) soit la combiner avec une 2e. Et on peut même régler les longueurs et les espacements des points de ces assises!

D’autres aspects qui m’ont beaucoup plu : le déplacement très facile des points d’entrée et de sortie, la gestion de l’ordre de broderie qui permet par exemple d’optimiser l’ordre de broderie en fonction des couleurs ou en fonction de l’ordre dans lequel on a sélectionné les éléments, le fait de pouvoir intervenir individuellement sur les points du motif sans que le logiciel perde la trace des différents types de points et réglages choisis (donc sans avoir à faire de conversion en points comme dans le PE Design), la facilité pour changer les couleurs des différentes parties d’un motif, …

L’une des fonctionnalités que j’ai trouvée très intéressante est la possibilité de demander au logiciel de broder en une seule fois différents contours crées séparément mais reliés entre eux. Par exemple, dans le motif ci-dessous, j’ai numérisé séparément les différentes volutes et contours qui composent l’arbre. Si j’avais laissé le motif tel quel, la machine aurait brodé chacun de ces morceaux séparément en coupant le fil à chaque fois. Je ne vous raconte pas le bazar qu’il y aurait eu au dos de ma broderie et le temps que ça aurait pris !

En cliquant juste sur un bouton, le logiciel va mettre en séquence automatiquement ces différents morceaux et gérer lui-même les déplacements à l’intérieur du motif pour optimiser la broderie. Et tadaaaam, une seule coupure de fil pour l’arbre !

Arbre

L’intérêt de cette fonctionnalité ne saute peut-être pas aux yeux comme ça de prime abord, mais mes stagiaires savent bien de quoi je veux parler, et c’est pour moi l’une des fonctionnalités qui m’ont le plus séduites dans le DesignerPlus. J’aurais par contre aimé retrouver cette fonctionnalité pour connecter automatiquement entre elles des zones fermées de même couleur mais séparées par d’autres zones de couleur. En gros, j’aurais aimé que le logiciel me propose des points de déplacement dans un motif judicieusement placés pour limiter les coupures de fils, à la fois pour les contours et les zones de remplissage. Peut-être pour une prochaine version?

Bon, je vais devoir arrêter là mon long discours mais il y aurait encore beaucoup à dire.

——————————————————————————————————————-

En synthèse :

Les +

Incontestablement, on a avec le DesignerPlus un logiciel très performant. J’ai particulièrement apprécié les réglages très pointus que l’on peut faire à tout moment sur différents aspects de la broderie (types de points, assises, gestion des superpositions, …), ainsi que toutes les fonctionnalités qui permettent d’obtenir un motif brodé de façon optimale. Moi qui aime les motifs bien construits, sans coupure de fil inutile, j’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser ces différents outils.

Mais ce logiciel permet surtout de laisser libre cours à sa créativité. Le choix des points ainsi que les différentes techniques proposées permettent de créer de superbes motifs très sophistiqués. C’est un logiciel avec lequel on a plaisir à créer, et ce d’autant plus que les manipulations sont facilitées par des fonctionnalités très pratiques. Les idées viennent toutes seules et je dois avouer qu’avec le DesignerPlus j’ai le sentiment d’avoir une possibilité de création illimitée, en tout cas, je ne lui ai pas encore trouvé de limite!

Les –

Qui dit logiciel ultra complet dit forcément beaucoup d’outils et de régalges à disposition. J’avoue avoir mis un peu de temps à m’habituer à cette foison de boutons ou fonctionnalités présentes partout. Au final, on s’y retrouve mais une personne qui débute en logiciel de broderie risque à mon avis d’être un peu perdue au départ. L’application Corel Draw est à mon avis très bien mais demande également que l’on s’y intéresse et que l’on y passe du temps. Il faut donc passer du temps sur chaque application ou chaque fonctionnalité pour bien comprendre comment procéder et pour pouvoir utiliser le logiciel au maximum de ses capacités, ce qui rallonge d’autant la phase d’apprentissage.

Mais surtout, je trouve dommage que le manuel utilisateur ne soit pas disponible en français. Comme je vous le disais, je le trouve très bien fait et très clair, avec plein de conseils pratiques. Je ne vais pas vous dire que c’était mon livre de chevet des vacances mais presque! Mais je pense que pour certaines personnes, cela peut être un frein certain car il faut non seulement être assez à l’aise avec l’anglais mais aussi être capable de connaître les différents termes techniques utilisés et les retrouver dans le logiciel qui lui est en français. Une assistance sur ce logiciel est donc à mon sens d’autant plus justifiée.

——————————————————————————————————————-

Au final, c’est un logiciel qui m’a beaucoup plu, j’attendais beaucoup de choses de la part d’un outil développé par Wilcom et je n’ai pas été déçue. Bien sûr, c’est un logiciel qui demande du temps avant d’être complètement maîtrisé et il me reste encore quelques petits points à approfondir, mais il est véritablement très performant et puissant, et s’adresse à mon avis aux passionné(e)s de numérisation, à ceux et celles qui aiment créer de beaux motifs, dans des styles différents, parce qu’il serait dommage d’avoir un logiciel comme celui-là et de se cantonner à un seul style de motifs. C’est un logiciel haut de gamme, je vous le disais, parce qu’il est performant mais surtout parce qu’il propose un large choix de techniques et qu’il reste à mon avis plus facile à utiliser et plus convivial que les logiciels de pro (que je trouve un peu plus austères d’aspect). Mais que les choses soient bien claires, il faut je pense beaucoup d’attention, de patience, de pratique pour en faire le tour. Bref, c’est un logiciel qui se mérite.

 « Et par rapport au PE Design 10, il est comment? »

Ahah, vous voyez, je vous connais bien! Attention, pour que la comparaison soit valable, je parle bien à chaque fois des dernières versions de ces logiciels, la v7 pour le Bernina, la v10 pour Brother.

Avant toute chose, j’estime que le PE Design et le DesignerPlus sont de très beaux outils et que dans un cas comme dans l’autre vous n’avez pas à regretter votre choix. Avant de pouvoir être tenté par un autre logiciel, il faut en avoir bien fait le tour et être certain que son logiciel ne répond pas à tous les besoins. A quelques exceptions près, la plupart des motifs réalisés pour ce test auraient pu l’être avec le PE Design 10. Ce qui fait la différence, c’est la facilité avec laquelle on les réalise et le temps. Aucun d’eux (à part celui en point de croix) ne m’a pris plus d’une 1/2h, la plupart du temps c’était même très rapide. Je sais qu’avec le PE Design 10, j’aurais été plus rapide sur certains motifs et plus longues sur d’autres. Je suis donc de plus en plus persuadée qu’un bon logiciel est celui qui sera le plus adapté à ce que l’on souhaite faire et qu’il faut donc raisonner en termes de besoins.

« Faut-il avoir un logiciel de la même marque que sa machine? », je répondrai « non, MAIS »

– Avoir un logiciel d’une autre marque que sa machine demande que l’on enregistre d’abord son motif dans le format du logiciel (art pour Bernina, pes pour Brother), cela permettra de pouvoir le modifier et le corriger beaucoup plus facilement, puis qu’on l’enregistre ou le convertisse dans le format reconnu par sa machine. Certaines personnes peuvent donc être réfractaires à ce mode opératoire qui demande des manipulations en plus et une certaine discipline

– Les logiciels intègrent des fonctionnalités que l’on retrouve sur les machines de la même marque du logiciel : par exemple, pour le DesignerPlus, les outils punchwork et stumpwork qui sont reconnus par les machines Bernina ou pour le PE Design 10, des fonctionnalités en rapport avec les machines de type PR (gestion très fine des coupures de fil, cutwork…). Ce sont des fonctionnalités qui peuvent se révéler importantes en fonction de ce que l’on souhaite faire, il est donc important de bien peser le pour et le contre au moment de choisir un logiciel d’une autre marque. De plus, concernant les tailles de cadre, toutes les références des machines Brother se retrouvent dans le PE Design, de même pour les machines Bernina et le DesignerPlus, mais la réciproque n’est pas vraie. Si vous avez donc par exemple un cadre 36×20 pour PR1000 Brother, vous êtes obligé de le créer dans le DesignerPlus. Ce n’est encore une fois pas compliqué, mais c’est juste une manipulation de plus.

——————————————————————————————————————

Voici en fonction des différents besoins, mon avis sur ces 2 logiciels (j’exclue volontairement les ultra pros de la broderie machine, ceux qui numérisent et brodent à longueur de journée sur des machines à plusieurs têtes et qui pour des raisons d’efficacité et d’optimisation, se tournent vers des logiciels plus coûteux mais aussi encore plus performants; le PE Design et le DesignerPlus ne répondent pas à ces besoins) :

Si vous êtes une professionnelle de la broderie avec une activité au cours de laquelle vous pouvez être amenée à numériser des logos ou à créer des motifs personnalisés, si vous créez vous-mêmes vos propres motifs pour les broder sur vos créations ou pour les vendre : je donne l’avantage au DesignerPlus sans problème. Les optimisations de broderie, les réglages sont beaucoup plus faciles à faire et plus performants que dans le PE Design. Bien sûr, on y arrive aussi dans le PE Design 10 (j’ai numérisé de nombreux logos pour des clientes sans souci), mais ça prend un peu plus de temps. Les effets que l’on peut obtenir avec le DesignerPlus sont également particulièrement sophistiqués et permettent d’apporter de la personnalité aux broderies. Enfin, j’ai trouvé extrêmement pratique de pouvoir enregistrer le motif sous forme d’image (cf. le coq, le logo ou encore le motif de texte présenté dans ce billet), ou encore de pouvoir visualiser son motif sur un article fini:

Si vous brodez pour votre plaisir, que vous aimez numériser et aimez avant tout laisser libre cours à votre créativité, que vous aimez découvrir de nouvelles techniques, que vous êtes à l’aise avec l’anglais, que vous avez du temps à consacrer à la découverte de votre logiciel, là encore je donne l’avantage au DesignerPlus. Il s’adresse à mon avis vraiment aux passionnées de broderie, à celles pour qui la numérisation est une façon de satisfaire leur créativité. Il y a tellement de choses possibles à faire avec ce logiciel que l’on n’a pas de limites. Par contre, il faut à mon sens être quand même aguerri pour pouvoir l’utiliser au maximum de ses capacités, cela demande du temps, de la patience, et une bonne dose de passion aussi.

Si vous débutez, ou que vous souhaitez pouvoir prendre en main rapidement le logiciel pour pouvoir l’utiliser sans perdre trop de temps, que l’idée de devoir consulter un manuel en anglais vous rebute, cette fois-ci, le PE Design 10 est à mon avis plus adapté. Il me paraît plus convivial que le DesignerPlus, et aussi plus facile à prendre en main. Il possède suffisamment de fonctionnalités pour pouvoir créer un large choix de motifs, et je ne me suis jamais sentie frustrée avec lui. C’est un logiciel que l’on peut utiliser au quotidien, pour créer des motifs rapidement en fonction des besoins, mais également pour créer des broderies plus sophistiquées, avec parfois plus de temps et de patience.

Bref, vous l’aurez compris, ces logiciels sont à l’image des machines proposées par chacune des marques : convivial et facile d’accès pour le PE Design 10, avec de beaux résultats mais demandant parfois un peu d’huile de coude, pointu et performant pour le DesignerPlus. Très honnêtement, je ne saurai prendre parti pour l’un plus que pour l’autre, car brodant sur une machine PR, le PE Design 10 m’est très utile, et le DesignerPlus m’apporte les fonctionnalités qui me permettent de créer plus rapidement des motifs sophistiqués. Comme me l’a dit avec beaucoup de sagesse l’une de mes stagiaires les plus fidèles, les 2 sont complémentaires, de même qu’il n’existe à ce jour aucune machine à broder qui réunit les meilleures fonctionnalités de chacune des marques.

J’espère que vous en aurez appris un peu plus sur le DesignerPlus. Je me tiens bien sûr à votre écoute pour toute question mais vous invite surtout à contacter les Ets Stecker pour plus de renseignements. Je serai également ravie d’avoir votre retour sur ce sujet, en particulier, si certaines d’entre vous l’utilisent, j’aimerai beaucoup savoir ce qu’elles en pensent et comment elles ont appris à l’utiliser!

Merci à ChasRivari pour son magnifique travail. Notre équipe est à votre disposition si vous avez d’autres questions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s